Kreyòl / English version coming soon
A
A

Entente historique de partenariat

Formation d’un consortium d’universités canadiennes et haïtiennes pour la refondation du système éducatif en Haïti

Haïti, le 24 août 2012 – Un consortium regroupant des universités canadiennes et haïtiennes a été formé officiellement à Port-au-Prince (Haïti), le 16 août dernier, afin d’œuvrer à la refondation du système éducatif haïtien, durement éprouvé par un important tremblement de terre en janvier 2010.

Pour une première fois dans l’histoire d’Haïti, dix universités et institutions d’enseignement supérieur du pays se joignent à huit universités canadiennes, pour la création de ce consortium par la signature d’une convention-cadre. Le Consortium aura pour mission de travailler au renforcement des capacités des institutions haïtiennes d’enseignement supérieur, en vue du relèvement du système éducatif haïtien. Il travaillera également à la mise en œuvre du Plan opérationnel de refondation du système éducatif, établi par le Ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle d’Haïti.

« Je vous félicite, chers recteurs des universités canadiennes, pour ce bel élan de solidarité avec Haïti. Vos universités au Canada sont un modèle de qualité, d’efficacité et de bonne gouvernance. J’espère que ces attributs pourront assez rapidement faire l’objet de véritables transferts de compétences aux universités haïtiennes. Je vous félicite également, chers recteurs haïtiens, pour votre ouverture d’esprit et pour l’engagement que vous prenez, à travers ce consortium, de vous attaquer aux problèmes de la refondation du système éducatif haïtien, par-delà vos exigences propres de reconstruction. Le développement du pays exige que tous les Haïtiens s’attellent à travailler à refonder l’école haïtienne. C’est la responsabilité première des Haïtiens. C’est aussi le terrain sur lequel la solidarité de ceux qui s’affirment comme nos amis doit s’exercer en premier lieu »

a déclaré M. Michel Joseph Martelly, président de la République d’Haïti.

Pour sa part, M. Laurent Salvador Lamothe, premier ministre de la République d’Haïti, a commenté la création du consortium en ces termes :

« C’est avec joie que nous célébrons l’aboutissement heureux d’un cheminement où des agents d’une éducation à réinventer ont réussi à rallier à leur plaidoirie leurs homologues du Canada et donner naissance ensemble au Consortium interuniversitaire pour la refondation du système éducatif haïtien. Ce dernier se veut une conjonction appréciable de ressources mobilisées dans la perspective d’accompagner avec efficacité le système éducatif dans le processus de réingénierie de ses différentes strates, et surtout celle de l’enseignement supérieur. »

S’exprimant au nom des universités canadiennes membres du Consortium, au moment de la signature de la convention-cadre, Mme Nadia Ghazzali, rectrice de l’Université du Québec à Trois-Rivières, a mentionné « qu’il existe une longue tradition de collaboration entre le Canada et Haïti. Il allait donc de soi que des universités canadiennes et haïtiennes en viennent à travailler ensemble à la reconstruction du système éducatif haïtien. L’entente récente entérinant la formation d’un consortium universitaire canado-haïtien peut être qualifiée d’historique, notamment en raison du grand nombre d’institutions partenaires qui se mobilisent vers un objectif commun. Nous n’imposerons nullement nos modèles ou nos visions à nos homologues haïtiens. Cependant, nous souhaitons demeurer à l’écoute des besoins qu’ils ont identifiés, afin de répondre au mieux à leurs demandes. »

 

Institutions partenaires

Le Consortium interuniversitaire pour la refondation du système éducatif haïtien (CIRSÉH) regroupe actuellement 18 institutions partenaires. Les universités et institutions d’enseignement supérieur haïtiennes participantes sont : l’Université Adventiste d’Haïti, l’Université Autonome de Port-au-Prince, l’Université Épiscopale d’Haïti, l’Université Notre-Dame d’Haïti, l’Université Publique de l’Artibonite aux Gonaïves, l’Université Publique du Nord au Cap-Haïtien, l’Université Publique du Sud-Est à Jacmel, l’Université Publique du Sud aux Cayes, l’Université Quisqueya et la Faculté des sciences de l’éducation Regina Assumpta au Cap-Haïtien.

Du côté canadien, huit universités se joignent au CIRSÉH : l’Université de Moncton, l’Université de Montréal, l’Université d’Ottawa, l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec, l’Université de Sherbrooke et l’Université Laval.

L’acte de fondation du Consortium prévoit également la possibilité que d’autres institutions d’enseignement supérieur (haïtiennes, canadiennes et de l’ensemble de la communauté internationale) puissent se joindre au regroupement actuel. Déjà, des pourparlers sont en cours avec des universités états-uniennes et françaises, pour l’élargissement du Consortium.

 

Mandat du regroupement

Le CIRSÉH a pour mandat d’accompagner l’État haïtien dans le développement de son système éducatif. Pour ce faire, il s’assurera du transfert des compétences entre les universités haïtiennes et non haïtiennes. Il favorisera le jumelage des expertises de ses institutions membres et le renforcement de la coopération scientifique interuniversitaire. Il œuvrera aussi à la recherche de modèles d’intervention ancrés dans la réalité socioculturelle d’Haïti, et viables économiquement.

Le Consortium mettra également en place un lieu d’échange et de réflexion, pour s’assurer de répondre aux attentes du milieu. En concertation avec les autorités haïtiennes, il interviendra activement auprès des instances et organisations nationales et internationales, pour l’obtention du soutien financier, technique et scientifique nécessaire à la relance du système éducatif haïtien. Il s’assurera aussi d’harmoniser les actions en appui au renforcement des institutions haïtiennes d’éducation, selon les orientations et les priorités définies par les autorités haïtiennes.

Par ses actions, le CIRSÉH vise la réalisation d’un ensemble de projets destinés à améliorer le cadre institutionnel de la gouvernance du système éducatif haïtien, en particulier en ce qui a trait à l’enseignement supérieur. Cette démarche contribuera au relèvement et au développement du système éducatif haïtien, au bénéfice de la population locale et du pays tout entier.

 

Jean-Claude FRANCOIS, Ed. D.
Conseiller en Education
Cabinet du Premier Ministre
Port-au-Prince, Haïti

Balklänning Robe De Mariée Robe De Mariée Balklänning